top of page
Khoudia Toure, Oro
KHOR ou le Karma Humain Organiquement Raconté

" À l’issue de la création chorégraphique « Óró », sa première pièce en tant que chorégraphe unique, Khoudia Touré créée la Compagnie KHOR. Écrin de ses projets chorégraphiques actuels et futurs, la compagnie a pour vocation de placer l’humain au cœur de ses créations, alliant le spectacle sur scène aux actions, aux rencontres et aux projets engagés dans la vie réelle. "

Notre histoire

« Karma Humain Organiquement Raconté », KHOR signifie aussi une gestuelle ancrée dans ses fondations en danse HipHop, source de créativité infinie, alliant la physicalité au rapport au rythme, à l’énergie et aux valeurs de partage de cette culture; profondément enracinée et à la fois ouverte sur les influences tissées au fil des croisements avec les danses modernes et traditionnelles africaines, la HouseDance, le Krump et la danse contemporaine.

Le processus de recherche artistique et chorégraphique de la Compagnie, est à l’image d’un « journalisme artistique » :

passer par le processus de création pour récolter minutieusement des récits de vie, à la façon d’un chercheur d’or : être proche de ses sujets, non seulement les danseurs interprètes, mais aussi certains publics dits « vulnérables », impliqués dans la création des spectacles;

proposer au public la découverte des « objets créatifs » qui sont nés de du processus de création - entretiens, témoignages, textes et réflexions, objets artistiques plastiques – et qui ont accompagné la naissance du mouvement sur scène, repartagés sous diverses formes. Ainsi, l’universalité de la condition humaine, la place de l’individu au sein du groupe, et les traces de vie qui restent inscrites dans les corps, telle est la matière précieuse dont est extraite chaque nouvelle composition de la Compagnie.

La création de la pièce « Óró », est née de la rencontre de plusieurs groupes de jeunes adultes en construction et leurs récits de vie entre trois continents : africain, européen, américain. La pièce a permis de penser et danser les cycles du passé, autant que les projections vers l’avenir, à travers les danses des corps, lieux de mémoire. Elle a permis une voie d’exploration sur des formes de spectacle participatif sur scène ou hors les murs, dans les espaces de rassemblement et les lieux qui ont vu la naissance du projet. La parole du « Khor », c’est un dialogue avec soi-même et avec les autres, un cercle d’effervescence collective, des danses pour libérer et décloisonner les frontières réelles ou imaginaires, la création magique d’un espace de rêve et de rassemblement.

bottom of page